Vaincre la procrastination

Pour commencer

Avez-vous envie de réaliser tous vos rêves de voyage ?

Des ambitions professionnelles, une envie de changer de travail ou d’entreprise ?

Ou encore, de trouver enfin l’âme sœur ?

Et pourtant rien ne se passe …

Qu’est ce qui vous différencie d’une personne qui réussit ses projets ?

C’est l’action !

Ces personnes réussissent dans leurs projets simplement parce qu’elles ont fait ou mis en place des actions.

Mais pas seulement, elles ont aussi fait preuve de ténacité, de persévérance.

Ce sont ces actions ou plus exactement cette succession d’actions qui leur ont permis d’atteindre leurs objectifs.

Ces personnes ne possèdent pas de talents particuliers, elles ne sont pas plus intelligentes que vous et moi.

Elles ont simplement agi sans remettre leurs actions au lendemain.

Oui mais comment faire lorsque l’on se fait des promesses …

et que l’on ne tient pas ses engagements avec soi-même ?

Que l’on remet toujours à plus tard ce qui doit être fait ?

Si vous vous reconnaissez dans la description, c’est que vous êtes probablement victime d’un comportement que l’on appelle la procrastination.

Est-ce de votre faute ?

Certainement non.

Et lorsque l’on a ce comportement, existe-t-il des solutions pour changer, se métamorphoser ?

La réponse est oui, vous pouvez changer et réussir à dépasser ce problème qui immobilise votre vie.

Mais avant de continuer, laissez-moi vous détailler un peu ce qu’est réellement la procrastination.

Procrastination : une définition pour mieux vous comprendre

Voici la définition que les chercheurs en psychologie comportementale utilisent pour qualifier la procrastination.

La procrastination, peut être définie par le fait que nous reportons volontairement notre première intention de travailler en dépit du fait de savoir que l’effort pour le réaliser plus tard sera encore plus important.


https://www.frontiersin.org/research-topics/6227/new-perspectives-on-procrastination

En d’autres termes :

Vous repoussez à plus tard les tâches qui vous ennuient tout en sachant que ça sera encore plus difficile de les faire plus tard.

Cette définition comporte l’essentiel de l’explication de notre comportement de procrastinateur.

À un niveau psychologique, le procrastinateur présente le symptôme de remettre en permanence les tâches qu’il doit réaliser au lendemain ou à une date ultérieure.

Cela s’appelle un comportement de planification.

Seulement, cette planification n’est pas du tout productive.

La conséquence principale de cela, c’est que pour une personne avec un niveau élevé de procrastination :

Tout ce qui ne doit pas être fait à l’instant peut être remis à plus tard.

Pour nuancer, il n’est pas question ici d’un comportement récurrent.

Mais, d’un comportement dont le degré d’intensité dépend de votre niveau de procrastination.

Cette remise au lendemain s’accompagne bien souvent, par la réalisation d’une autre tâche beaucoup moins importante pour votre projet.

Et surtout, elle ne permet pas d’atteindre votre objectif principal.

C’est exactement ce qu’est la procrastination.

Lorsque vous procrastinez, vous substituez la tâche importante contre une autre de moindre valeur, mais dont l’issue est hautement probable.

Elle vous apporte plus de plaisir dans l’instant ou vous semble beaucoup moins pénible.

C’est ce comportement qui pose un énorme problème aux personnes victimes de procrastination.

Car repousser les tâches importantes qui nous incombent peut avoir des répercussions graves dans notre vie.

Pour vous aider à faire face à vos difficultés, je vais vous détailler le fonctionnement de la procrastination en vous présentant une équation.

Attendez, ne partez pas tout de suite.

Même si vous êtes allergique aux mathématiques, lisez bien ce qui suit.

Car c’est la clef qui vous permettra de franchir la porte vers votre nouvelle vie.

L’équation de la procrastination

Cette équation a été découverte au cours des recherches réalisées par le Pr Steel (2010).

Elle va nous permettre d’approfondir la définition de la procrastination.

Elle va surtout vous permettre de mieux comprendre pourquoi vous agissez ainsi.

Cette équation se présente sous cette forme :

Équation de la procrastination
Équation de la procrastination Steel (2010)

À première vue, elle peut paraître un peu compliquée, mais en fait elle est relativement simple.

Voici le détail de celle-ci et quelques explications.

Sur la partie gauche de cette équation apparaît la notion de Motivation.

Cette motivation est la composante essentielle qui est impliquée dans le comportement du procrastinateur.

C’est elle qui nous pousse à agir de façon cohérente ou non sur notre projet.

Elle se définit par l’espoir que l’on a de recevoir une gratification suivant sa valeur.

Dans votre cas, l’espoir c’est la probabilité que l’événement en question se produise.

La valeur représente la valeur perçue de cet événement.

C’est cette partie de l’équation qui concerne l’acte de décision rationnelle.

Ce va nous permettre de faire des choix en toute conscience.

Comme par exemple, pour reprendre l’exemple donné par le Pr Steel,

Si l’on propose à une personne une pile de billet d’une valeur de 1000€ avec certitude de 100% de l’avoir et une pile de billet de 100000€ avait une probabilité de l’obtenir de quelques %, les personnes choisiront la première proposition.

En ce qui concerne l’impulsivité elle correspond, à nos capacités à retarder l’échéance de l’événement. C’est une sensibilité au temps.

Ce qui explique que :

Plus la sensibilité au retard est importante et plus le délai d’apparition de l’événement augmente, plus le niveau de motivation baisse.

C’est-à-dire que pour un procrastinateur, lorsque la tâche qu’il a à accomplir est très éloignée dans le temps, son niveau de motivation est très bas ou quasiment nul.

Mais attention, selon cette équation et le Pr Steel, l’impulsivité est la plus importante variable de cette équation.

Elle est responsable de notre disposition à repousser ou non une récompense possible, de céder ou non aux tentations qui se présentent à nous.

Et dans notre monde moderne, cette impulsivité est souvent sollicitée.

Pour conclure, comme je vous le disais dans l’introduction de cet article, vous n’êtes pas responsable de votre procrastination.

De nombreux facteurs sociocognitifs concourent à mettre tous les paramètres de votre équation personnelle à rude épreuve.

Sachez que pour vaincre la procrastination, quelques astuces de gestion du temps ou d’organisation personnelle ne suffisent pas, il faut avant tout apprendre à vous connaître.

Mais avant de poursuivre parlons un peu de vous.

Si vous lisez cette page, c’est que vous vous sentez concerné par le sujet.

Personnellement, ou parce que l’un de vos proches vous fait subir son comportement de procrastinateur.

Et vous, comment vous motivez vous pour des événements qui se produiront plus tard dans votre vie ?

Vous pouvez partager et échanger vos astuces de motivations dans les commentaires ci-dessous.

Pour consulter la bibliographie qui a servi à la rédaction de cet article cliquez ici

À propos de l’auteur

Dr Michaël Gilbert

Bonjour,

Je suis le
Dr Michaël Gilbert

Docteur en Psychologue social et cognitive.
Je suis passionné par l'organisation du temps et l'efficacité personnel.
Ancien procrastinateur, je vous accompagne dans votre réussite personnelle et professionnelle.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>